Secret x RPG Index du Forum
 
 
 
Secret x RPG Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

[fiction originale] A différentes époques....

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Secret x RPG Index du Forum -> Partie Flood ♥ -> Fanfictions & Fictions -> Fanfictions et Fictions Yaoï/Yuri
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cornélien
Démon

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2013
Messages: 338
Localisation: Un peu près partout..
Masculin

MessagePosté le: Jeu 6 Juin 2013 - 20:41    Sujet du message: [fiction originale] A différentes époques.... Répondre en citant

Voici une de mes fictions, co-écrites, originale !!




Cornélien venait à peine d'avoir huit ans et, comme tous les jeunes nobles, il devait se choisir un serviteur. C'est donc en ce lundi matin que le jeune blond entra dans la salle de réception. Immédiatement, son regard se porta sur un petit enfant maigre, à peine plus jeune que lui, les cheveux courts et de couleur châtain clair. Oui, Cornélien avait déjà choisi !


Quelques années plus tard


Le blond dormait dans son grand lit, quand Charles vint le réveiller. Charles était devenu le seul serviteur de Cornélien qui se venait de se frotter les yeux. Le noble avait beaucoup grandit depuis ses huit ans mais avait gardé son visage efféminé. Ses cheveux blonds étaient devenus longs. Cornélien ouvrit les yeux pour tomber sur les beaux yeux noisette de son serviteur.
« B'jour, dit le blond à moitié réveillé.
- Mes salutations Maître. Aujourd'hui, vous commencerez par votre cours de piano, puis vous ferez des essayages en compagnie de Madame votre mère et vous finirez par un cours de langues étrangères. »
Cornélien soupira... Pourquoi est-ce-que Charles ne pouvait pas lui parler comme à un ami ? Pourquoi avait-il fallu qu'il tombe amoureux de lui ? D'un homme ? D'un serviteur ? Bien entendu, Charles n'était pas au courant de ses sentiments...
« Charleuh ~, râla le blond, on ne peut pas plutôt sortir tous les deux ? »
Charles regarda le noble dans les yeux en se demandant si il était sérieux. Et au vu du regard du jeune blond, il l'était...
« Vous ne pouvez pas. Dépêchez vous, vous devez faire votre toilette pour ensuite aller dans la salle de musique... »
Cornélien soupira... La voix de son serviteur était si belle, qu'il ne pouvait pas y résister. De son côté, Charles pensait que le blond était de plus en plus étrange... Et ce n'est pas que cela lui déplaisait ! Au contraire, il était heureux de l'attention que celui-ci lui portait. Mais n'était-ce pas quelque chose de mal ? Quelque chose d'interdit ?
Peu de temps après, Cornélien était devant le piano. Il posa ses doigts sur les touches et une musique fluide s'éleva dans la pièce... Ce n'est pas que le noble aimait le piano mais Charles avait l'air d'aimer le regarder jouer alors il continuait de faire de cet instrument. Le serviteur fixait le blond avec des étoiles dans les yeux : il jouait vraiment bien ! En plus, quand il était concentré sur la partition, Cornélien avait une toute autre beauté. Bien vite, le cours se termina et le blond s'approcha du châtain clair.
« Charles ... »
Charles sursauta et regarda son maître dans les yeux. Pourquoi avait-il d'aussi beaux yeux déjà ? Alors qu'il ne s'y attendait pas, Cornélien l'embrassa après s'être assuré qu'il n'y avait plus personne. Le jeune serviteur s'écarta, décontenancé. Il ne s'avait pas comment réagir ... Il observa son maître. Celui-ci, les yeux baissés sur le clavier, se sentant gêné, appuyait d'un doigt la touche mi du piano. Charles s'approcha alors doucement et releva délicatement la tête de son maître pour lui rendre son baiser. Si le premier avait été plutôt timide, le second fût un baiser brûlant de leur amour qu'ils se portaient mutuellement depuis longtemps. Mais soudain, quelqu'un frappa à la porte, et la voix de Madame Martine s'éleva :
« Cornélien, mon fils, il est temps de partir pour la boutique de Mauricette aux-doigts-de-fée. Notre rendez-vous était prévu pour dans deux minutes. Dépêchez-vous, voyons ! »
Cornélien soupira. Pourquoi fallait-il que sa mère vienne à ce moment-là ? Bonne question ...


Chez la couturière


Martine fit entrer son fils avant elle pour pouvoir parler au serviteur de celui-ci.
« Je souhaiterai que tu reste au fonde de cette salle.
- Bien. »
Charles se demandait bien le pourquoi de cet ordre mais il se devait d'obéir... Après tout, il n'était qu'un serviteur et ne pouvait donc rien dire. Il soupira en attendant Cornélien qui venait de sortir de derrière le paravent ... Charles écarquilla les yeux en voyant le blond : celui-ci portait un costume de brocart bleu nuit à bordures dorées. Il était composé d'une chemise de flanelle blanche, d'une veste et d'un pantalon, de bas de soie, de souliers vernis et d'un chapeau à longue plume. Cette tenue rendait Cornélien éblouissant aux yeux de Charles. Le noble, lui, se sentait gêné dans cette tenue trop voyante à son goût. Mais comme cela semblait plaire à son bien-aimé serviteur, il fit comme à l'accoutumé et choisit de garder ce costume. Cependant, il demanda à ce qu'on s'occupe ensuite de Charles. Ce dernier, troublé, faisait signe qu'il ne voulait pas.
« Voyons mon fils ! On n'achète pas de costume comme ceux-ci pour un serviteur. Il ne mérite pas une telle attention. lui-dit Martine, outrée.
- Mais...
- Ne vous inquiétez pas mon Maître. Je n'ai besoin de rien. je suis très heureux ainsi. »
Cornélien soupira et parti se changer. Martine pendant ce temps avait remarqué l'attention que portait son fils à Charles et les regards tendre que lançait ce dernier à Cornélien. Il se passait quelque chose... Elle le sentait ... Mais quoi ?


De retour chez Cornélien


Le jeune homme soupira, c'était vraiment très fatigant d'aller essayer des tenues chez une couturière en compagnie de sa mère. En plus, Charles avait refusé d'essayer une tenue alors qu'il aurait été très sexy dedans...
Cornélien entra dans le petit salon et aperçu son professeur de langues, Frédérique de Muray. Il soupira en s'installa à sa table et en voyant que Charles allait l'observer pendant tout ce temps...
Un peu plus tard, Cornélien fut demandé dans la suite de sa mère et il dû y aller sans son fidèle servant qu'était Charles.
« Mon fils, approchez ! »
Le blond suivit donc les ordres mais il ne pouvait pas prévoir ce qui allait arriver...Sa mère le regarda dans les yeux et sourit. C'est à ce moment-là qu'il le sentit très mal. Après tout, pourquoi sa mère l'aurait fait venir ?
« La fille de nos voisins a acceptée de se marier avec toi ! »
Ah, ce n'est que ça... Attendez. Se marier ? Pourquoi est-ce qu'il devrait se marier ? Avec une femme en plus ? Non, ce n'était pas possible. Il aimait Charles et ce n'était pas la peine de lui dire ce qu'il devait faire.
« Je refuse.
_ Vous refusez ?
_ Oui. »
Martine regarda son fils. C'était bien la première fois qu'il refusait de faire ce qu'on lui disait. Depuis quand était-il aussi désobéissant ? Pourquoi d'ailleurs ?
« Bien, mais sachez que votre père va rentrer dans deux jours. »


Deux jours plus tard


Cornèlien était en train de se balader en compagnie de son amoureux quand il vit la précipitation de ses servants qui partaient vers l'entrée. Cela ne pouvait vouloir dire qu'une chose : Son père venait de rentrer.


Quelques jours plus tard


Cela faisait maintenant plusieurs jours que Cornélien n'avait pas vu Charles. Il se demandait ce qui avait bien pu arriver à son serviteur. Il le cherchait donc partout dans le manoir.
Un soir, alors qu'il se promenait dans un couloir, il entendit deux femmes de chambre discutaient. Intrigué, il s'approcha alors de la porte entre-ouverte et, malgré son éducation impeccable, écouta :
« Comment ça ? Tu ne sais pas ce qui est arrivé à ce pauvre Charles ? Je vais tout te raconter.
Tu sais bien ce qu'il y avait entre monsieur Cornélien et Charles. Même Madame Martine était au courant mais elle ne l'a jamais pris au sérieux.
Par contre, lorsque Monsieur l'a appris, il est entré dans une colère noire et a hurlé qu'on lui amène Charles. Celui-ci est arrivé et Monsieur lui a dit de ne plus jamais approcher de son fils. Ensuite, porté par sa colère, il l'a frappé si fort que le pauvre s'est évanouie. Monsieur a alors demandé à ce qu'on le mette dans un cachot du manoir et qu'on l'y laisse mourir... »
A ses mots, le blond sentit monter en lui un torrent de colère. Il se précipite alors dans les cachots et découvre son jeune serviteur couché sur le sol de la cellule et couvert d'hématomes.
Il force la porte à l'aide d'une pierre et emporte le jeune homme aux beaux yeux noisette, maintenant clos, dans ses bras jusque dans sa propre chambre où il le déshabille et le couche, en chemise, dans son grand lit. Cornélien veille alors le jeune blessé jusqu'au lendemain.
Lorsque Charles ouvre enfin les yeux, il aperçoit son maître et lui sourit. Il est donc venu le sauver ...
Cornélien, heureux que le jeune homme se réveille enfin, lui rend son sourire et se penche pour l'embrasser.
« Je vous aime... »
Lui avait dit Charles d'une petite voix avant que leurs lèvres ne se touchent et l'interrompent.
Après se baiser de retrouvaille, se fut Cornélien qui prit la parole pour n'ajouter qu'une phrase.
« Prépare toi vite, nous partons »
Puis il sortit de la pièce et se dirigea vers le bureau de son père où il entra sans frapper.
« Père, je pars, lui dit-il, enfin nous partons, Charles et moi. Le piano, les cours de langues ... Tout ceci est très bien. Mais moi ce que je veux c'est écrire ! Je pars donc pour cette raison mais aussi car je veux pouvoir aimer la personne que je veux sans qu'elle soit tuée. Adieu. »
Le blond tourne les talons et part retrouver son serviteur. Celui-ci avait préparé son baluchon tout en se demandant pourquoi ce départ si soudain et rapide.
Alors qu'ils quittent le manoir familial, Charles demande :
« Maître, pourquoi partons nous ? Et où allons-nous ? Jusque quand serons-nous absents ?
- Nous partons car je veux te protéger et pouvoir t'aimer sans contraintes. De plus, j'aimerai commencer une carrière d'écrivain. Nous irons, si cela ne te dérange pas nous réfugier dans le vieil hôtel tenu par tes parents et ne reviendront peut être jamais.
-Mais pourquoi voulez-vous vous mettre à écrire si subitement ?
- Et bien, pour faire comme Verlaine et Rimbaud.
-Verlaine et Rimbaud, les deux écrivains ou ... le couple amoureux ?
- Les deux voyons ! Sauf que, je ne te tirerai pas dessus, ne t'inquiète pas...
- Comme vous voulez. lui répond Charles en rougissant. »
Cornélien lui adressa un sourire et le prit par la main pour marcher jusqu'à la petite auberge des parents de son bien-aimé. Ils entrèrent tous deux, Charles ayant lâché la main de son maître, et saluèrent les parents du serviteur.
« Qu'est-ce que vous êtes venus faire ici ? Demanda la mère du brun
_ Très chère madame, si vous le permettez, nous voudrions l'hospitalité dont vous savez si bien faire preuve. De plus, je dois ajouter que vous êtes ravissante aujourd'hui. »
Et voilà...Cornélien avait toujours les mots qu'il fallait pour embobiner les gens et Charles se sentit vraiment jaloux. Après tout, son amoureux venait de faire du charme à sa mère ! La mère de celui aux yeux noisette venait de leur demander de la suivre jusqu'à leur chambre : dans le grenier. Certes ce n'était pas la plus belle chambre, ni la plus propre mais il y avait deux lits et surtout un bureau. D'ailleurs Cornélien fut de suite attiré par ce bureau et appréciait la chambre contrairement à Charles qui avait honte que son maître voit un tel endroit.
Le jeune noble s'installa au bureau et commença à écrire sur un journal de papier vierge qu'il avait emporté de son ancienne demeure. Il allait commencer l'histoire de sa nouvelle vie en changeant bien entendu certains passages...
« Maître, que voulez-vous pour diner ? »
Seul le silence répondit au dévoué serviteur du blond. Ce silence avait tout d'abord surpris Charles, après tout, ce n'était pas dans les habitudes ou dans l'éducation de celui aux yeux vert de ne pas répondre.
« CORNELIEN, TU VAS REPONDRE OUI ?! »
Le blond se retourna d'un coup et regarda son amoureux comme s'il venait d'une autre planète avant de lui sourire.
« Tu... Commença le blond
_ Désolé maître, je ne voulais pas vous crier dessus et...
_ C'est fantastique ! »
Charles était totalement perdu là...Qu'est-ce qui était fantastique ?
« Hein ?, lui répondit le serviteur, Quoi ?
- Tu... tu m'as tutoyé. C'est ça qui est fantastique ! »
Un large sourire s'étala sur le visage du blond et sur celui du châtain clair.
Charles le rejoignit alors près du bureau et s'assit sur les genoux du noble. Celui- ci l'enlaça affectueusement et ils échangèrent un baiser. Puis Cornélien se remis à écrire tandis que Charles redescendit pour aider sa mère à préparer le diner.


Quelques jours plus tard


Charles était en train de nettoyer la grande salle du rez-de-chaussée et Cornélien de continuer son œuvre, lorsqu'entra dans la pièce une personne fort étrangère à ce lieu. En effet, à sa vue, Charles et sa mère se courbèrent jusqu'au sol, puisqu'il s'agissait de ... l'empereur Matty III lui-même.
Ce dernier s'avança et dit qu'il désiré parler au jeune Cornélien.
Pourquoi l'empereur voulait-il voir son maître ? Charles ne posa pas la question bien sûr et parti en courant jusqu'à la chambre du grenier. Il revint ensuite suivit du blond très étonné par ce que venait de lui raconter son serviteur.
« Que me veut son Altesse ? demanda le jeune noble.
- Je viens vous apprendre le décès de mon plus cher ami, Monsieur votre père ainsi que celui de votre très chère mère. Mes condoléances.
-Mais... Comment..., lui dit le blond tout de même attristé.
-Il y a trois jours, vos parents ont été pris dans une embuscade faite par des brigands des voleurs de ruelles. Ce méfait est courent et vos parents n'ont pas eu de chance ce coup-ci. Je suis venu vous annoncer cette terrible nouvelle ainsi que le fait que vous deviez retourner chez vous immédiatement car vous héritez du manoir, de ses habitants ainsi que de toute la fortune de votre défunt père. »
Sur ces paroles, l'empereur fit demi-tour et quitta l'hôtel. Cornélien restait mué et immobile au milieu de la pièce. Son père été mort... Sa mère était morte... Ses parents, tous deux morts... Il hérité du manoir... Tout ceci tournait en boucle dans sa tête. Il réagit enfin, monta à l'étage, prépara ses bagages ainsi que ceux de Charles, puis, sans un mot, sans une parole, il quitta l'hôtel étrennant avec lui comme à l'accoutumé son bien-aimé serviteur.
Quand ils arrivèrent devant le manoir, Charles lança un regard d'incompréhension à son ancien maître.
« Que faisons-nous ici, Cornélien ? »
Cornélien ne répondit pas de suite. Revenir ici l'attristait énormément...Après tout, ses parents venaient de mourir. Oui, de mourir. Bien qu'il était en froid avec eux, c'était un choc. Un grand choc.
« Cornélien ?
_ Charles, bienvenue dans ta nouvelle demeure.
_ Nouvelle demeure ?
_ J'en suis le propriétaire. »
Charles fronça les sourcils, si Cornélien en était le propriétaire désormais c'est que...Oh non ! C'était tragique ! Mais pourquoi le blond ne lui en avait pas parlé avant de partir ? Il avait le droit de pleurer même si c'était des personnes qui n'avaient pas vraiment de cœur pour ignorer leur fils...
« Cornélien...
_ Je vais bien Charles. Je t'aime. »
C'était tellement rare que ce soit le noble qui lui dise que le brun se sentit rougir mais il embrassa tout de même le jeune homme avant de rentrer chez eux. Oui, chez eux, dans leur nouvelle maison. Enfin maison...C'était tout de même un manoir. Ils montèrent tout deux jusqu'à la chambre qui appartenait autrefois à Cornélien et furent surpris de la retrouver dans le même état que quand ils étaient partit... Le blond soupira avant de faire un sourire et d'entraîner son amoureux sur le lit. Il se mit au-dessus de celui-ci et passa ses mains sous le tee-shirt. Il caressait la peau de son serviteur avec une grande passion pour finir par le déshabiller...Tout ces vêtements l'empêchait d'observer le corps nu de Charles.
« Cornélien... »
La voix de Charles était quelque chose qui sonnait comme une douce musique aux oreilles du blond et les rougeurs du brun étaient ce qui le rendait encore plus mignon...C'en fut trop pour le noble qui commença à aller vers le sexe fièrement dressé de son amant pour le prendre directement en bouche...Et Cornélien fut très heureux du résultat puisqu'il entendait les gémissements de plaisir de Charles qui essayait de le déshabiller à son tour. Puis, voyant que bientôt le brun allait jouir, le blond cessa ses mouvements de pompes pour entrer un doigt. Puis un deuxième. Puis un troisième qu'il faisait bouger pour préparer le jeune homme...Mais ce n'était pas la seule chose qu'il faisait puisqu'il remonta jusqu'aux lèvres du serviteur pour lui donner un baiser plus que passionné.
« Hum...Continu... »
Cornélien retira ses doigts, arrachant par la même occasion un cri de frustration de son partenaire, pour le pénétrer une fois qu'il fut à son tour nu comme au premier jour. Il attendit un petit moment, faisant passer ses mains froides sur le corps brûlant de son amant, pour commencer à bouger. Au début se fut des cris de plaisir mélanger à ceux de douleur mais bien vite ce ne fut plus que des gémissements de bonheur qui emplirent la chambre... Le noble bougeait de plus en plus vite sous les supplications de Charles qui en voulait toujours et encore plus. Bien entendu, le brun n'était pas rester inactif, il passait ses mains sur le dos de son maître !
Puis vint le moment où ils atteignirent le septième ciel ensembles au même instant. Cornélien se laissa retomber aux côtés de son serviteur pour lui décrocher un sourire.
« Je t'aime Charles.
_ Moi aussi Cornélien. »
Les deux amants restèrent ainsi, enlacés, jusqu'au lendemain où les premiers rayons du soleil venaient de passer au travers des rideaux...Une journée ou soirée comme celle d'hier soir se repassa tous les autres jours...Changeant parfois quelques choses mais ça c'est une autre histoire !


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 6 Juin 2013 - 20:41    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Secret x RPG Index du Forum -> Partie Flood ♥ -> Fanfictions & Fictions -> Fanfictions et Fictions Yaoï/Yuri Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com